CARTES ILLIMITEES, objet de marketing ou pratique culturelle ?


En consultant vos commentaires sur les forums et réseaux sociaux, j’ai constaté que vous étiez de plus en plus nombreux à regretter que l’action christine n’accepte toujours pas les cartes illimitées et certains semblaient interpréter ce refus par la crainte de voir nos recettes diminuer. Or c’est tout le contraire : en prenant cette décision, nos entrées, et par suite nos recettes ont baissé régulièrement ; pour moi c’est une question d’éthique prise par respect de mes engagements, des valeurs qui ont suscité à l’origine ma vocation d’animateur d’une salle de cinéma indépendante notamment :

– être responsable financièrement afin d’assurer une gestion au seul bénéfice de l’entreprise.

– disposer ainsi d’une totale liberté de programmation afin d’offrir une vraie ligne éditoriale.

J’espère que le texte qui suit vous permettra de mieux comprendre cette position, tant que la gestion des cartes illimitées sera faite par et au seul profit des circuits ; mais aussi que vous approuverez, et peut être soutiendrez ma suggestion, citoyenne plutôt que marchande, de confier désormais cette pratique à un établissement public, garant d’une meilleure transparence.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire part ici en commentaires de vos remarques ou de vos encouragements.


Ils ont déclaré dans le passé :

  • Cette carte « est susceptible de fausser le jeu de la concurrence » et « le risque de perte de clientèle pour les salles indépendantes d’Art et d’Essai est important. »
    Francis LAMY, Médiateur du Cinéma lors de la création de cette carte
  • « toute initiative qui vise à l’élargissement du public de cinéma mérite d’être prise en considération. »
    Catherine TASCA, Ministre de la Culture lors de la création de la carte
  • « ce n’est qu’une stratégie impérialiste, aurait dit Marin KARMITZ, de captation de parts de marché et d’élimination de leurs concurrents dès qu’ils sont plus faibles. »
    Jacques FANSTEN, Edito de la SACD n° 146
  • « l’exploitation Art et Essai est directement menacée par les effets de la concentration, liés au déploiement des multiplexes et à l’apparition des cartes illimitées. »
    Xavier BLOM, extrait d’une table ronde publiée dans le bulletin AFCAE n°200
  • « une fois que tu as pris la carte……plus tu y vas, moins c’est cher, peu importe le film……et pour les plus frappés : plus j’y vais, plus j’enc**** le système. On a fait le tour : les plus rebelles sont les plus fidéles ! Bravo le marketing ! »
    VIKTOR, internaute, extrait d’un forum sur Allociné.fr
  • « avec la carte, les gens n’ont pas l’impression de payer la place, c’est comme s’ils n’avaient rien dépensé. »
    MIKES
  • « en fait je crois que la logique financière pour les réseaux utilisant une carte illimitée est en partie la même que celle utilisée par la grande distribution ; ils payent leurs fournisseurs un certain temps après avoir vendu leurs produits………..entre les deux, ils peuvent placer l’argent, plusieurs millions donc, si vous faîtes le calcul. Rajoutez à cela de meilleures ventes sur les confiseries et vous obtenez une affaire qui marche. »
    PEDRUS dialogue entre deux internautes sur le forum de Silverscreens
  • « c’est le seul secteur économique où des entreprises subventionnent directement leurs concurrents pour se faire pardonner leur dynamisme »
    Guy VERRECCHIA, Président du groupe UGC, extrait d’un entretien publié dans Le Figaro.fr
  • « ne pas accepter les cartes, c’est subir une lente mais inexorable baisse de fréquentation ; cela peut paraître irresponsable, mais les accepter c’est pour moi renier tous mes engagements passés à la défense du secteur indépendant, c’est devenir une succursale des circuits. »
    Jean Marie RODON, animateur de l’Action Christine

 

Pour en finir avec ce débat aujourd’hui dépassé

 Même s’il ne s’agissait, dans l’esprit de ses initiateurs, que d’un alibi, d’un argument de vente pour amener les spectateurs à consommer plus, le seul et réel intérêt des cartes illimitées a été de permettre aux plus motivés de voir tous les films qu’ils souhaitaient et peut être d’inciter les autres à fréquenter plus souvent les salles de cinéma ; alors inutile désormais de revenir sur toutes les dérives qu’elles ont engendrées, même si elles ont modifié dangereusement le mode de diffusion des films. Elles existent, aux spectateurs à faire leur choix. En revanche, si à l’origine les cartes furent un pur produit de marketing, elles sont devenues, depuis que les Indépendants n’ont eu d’autre choix que de les accepter sauf à voir leur fréquentation chuter, une pratique culturelle et de ce fait il est totalement anormal qu’elles continuent à être gérées par des groupes privés, toujours à l’affût d’une position de monopole et qui bénéficient ainsi d’un apport important et régulier de trésorerie. Refuser de prendre en compte cette nouvelle situation, serait condamner le secteur indépendant à disparaître ou du moins à devenir définitivement et totalement dépendant des circuits. Il est essentiel, pour l’avenir de la création cinématographique dans toute sa diversité et de sa diffusion, de confier la gestion des cartes illimitées à un établissement financier public du style Caisse des dépôts et Consignations.

Je me ferai alors une joie d’accepter ces cartes illimitées à l’action christine.

Jean Marie Rodon

21 réflexions sur “CARTES ILLIMITEES, objet de marketing ou pratique culturelle ?

  1. viktor dit :

    Bravo à l’Action Christine de rester fidèle à sa vocation de faire découvrir et redécouvrir le cinéma hollywoodien. Etudiant je faisais quasiment mon emploi du temps en fonction du programme (et de celui de qq autres salles de la rive gauche) et j’achetais les places par carnet de 10.
    Je n’ai jamais pris de carte illimitée (ah oui, au fait, c’est moi le viktor cité plus haut) et je n’en prendrai jamais parce que pour moi le cinéma ça correspond à une envie de sortir ou de voir un film précis, pas à une habitude de consommation. Il m’arrivait d’aller plusieurs jours de suite au cinéma (et, rarement, d’enchainer 2 films au Forum des images, à l’époque où la programmation était sérieuse), mais toujours parce que j’avais des films à découvrir, ou à faire découvrir. A d’autres périodes moins de films m’attiraient, où alors j’avais la tête ailleurs. Avec une carte illimitée, en admettant que ça ne limite pas mon choix de salle (jamais le cas en pratique) je ne serais pas plus allé au cinéma, mais j’aurais mensualisé mon budget… vraiment très intéressant.

    Ceci dit il y a de la place aujourd’hui pour les salles indépendantes avec une programmation personnelle. Les grands circuits vont se rendre compte trop tard qu’ils auraient dû innover avant (avant la déferlante VOD, et avant de s’endormir sur leur carte, comme UGC qui s’est bien ramassé en n’étant pas prêt pour la 3D à la sortie d’Avatar) et essayer de créer un lien avec les spectateurs, entre les spectateurs, autour de ce qui les fait rêver dans le ciné au lieu de rester dans une logique de supermarchés.

    • Bonjour Viktor
      C’est avec un réel plaisir que j’ai pris connaissance de votre message, de vos encouragements dont je vous remercie; sachez que c’est après avoir lu vos interventions sur le net que j’ai décidé de relancer le débat même si j’ai bien compris que cela ne changera rien. Mais il est important pour moi, tant que j’en aurai la possibilité, de continuer à témoigner car c’est le Cinoche, en particulier la salle de cinéma comme dernier espace de liberté,que l’on veut assassiner.
      j’aimerais croire en votre analyse mais les circuits font la loi au CNC et Bercy l’accepte comme l’attestent les courriers reçus de la direction des prix et de la concurrence en réponse à mes questions. En fait il n’y aura jamais de débat car tous ( professionnels, institutionnels, presse) le refusent
      il en est de même d’ailleurs pour le numérique que l’on nous impose; certes il présente de nombreux avantages et notamment nous permet de revoir des films disparus, leurs éléments de tirage ayant été mal conservés. Mais pour des centaines d’autres des copies 35mm sont toujours disponibles; pourquoi obliger les nouvelles générations à voir ces films à travers des fichiers numériques qui ne restitueront jamais, pire le modifieront, le travail fait à l’origine sur la lumière, le son, les couleurs, films qui appartiennent à l’histoire du cinéma
      je me répéte donc : on veut assassiner le CINEMA
      encore merci à vous, Viktor
      cordialement
      jean marie rodon

  2. Quel privilège d’avoir accès aux chefs d’oeuvre que vous programmez, et les quelques euros que vous demandez représentent peu de choses pour ce privilège. Continuez ; on tient à vous, au Balzac et à tous les indépendants.

  3. Alessio Maliandi dit :

    Bonjour,
    je vis en Italie, mais à chaque fois que je viens à Paris je vais a l’Action Christine pour voir un film. Je dis simplement que vous etes un bien rare et le bien rare doit etre payé. Mercì pour tout le grands classiques que vous m’avez fait voire et que j’espère vous continuerez à projecter (en 35mm si possible).
    Cordialement,
    Alessio

    • Bonjour,
      et merci de vos commentaires; mais rendons surtout hommage à cette période unique de création cinématographique, à ces réalisateurs dont les films, des décennies plus tard, provoquent toujours les mêmes émotions
      merci Messieurs Sternberg, de Mille, Ford, Walsh entre autres et mon rôle est simplement qu’ils ne soient pas oubliés
      cordialement
      jean marie rodon

  4. Dominique PEMERLE dit :

    Je n’ai pas de carte intégrale. Je n’ai pas non plus de carte Monoprix, carrefour et autres.
    Je fréquente rarement les cinémas Gaumont, Pathé.
    Par contre, je fréquente beaucoup les Cinémas Action, la Cinémathèque et le Forum des Images. Je parviens ainsi à voir un film par jour.
    C’est un choix que je fais. Dominique

    • Bonjour,
      et bravo; dans notre société actuelle, conformiste, consensuelle et sous la coupe de la dictature de la communication être capable de choisir demande une grande lucidité mais aussi révéle un vrai désir; merci pour votre choix.
      jean marie rodon

  5. Geneste dit :

    Cela fait environs 10 ans que je fréquente régulièrement l’Action Christine (1 à 2 fois par mois) et je suis entièrement satisfait de la formule du carnet à 10 entrés. 4,50€ l’entré ce n’est pas cher pour moi. J’espère pouvoir encore voir des films dans ce lieu que j’adore le plus longtemps possible. Je me fiche pas mal de la carte illimité et je comprends parfaitement votre point de vue. Merci. Bien cordialement, Eric Geneste

    • Bonjour,
      comme les autres, votre témoignage est rassurant; et si, à une certaine époque, j’ai beaucoup oeuvré pour que les salles indépendantes fassent front commun ,aujourd’hui c’est avec vous, spectateurs de l’action christine, que j’ai envie de développer le lien qui commence à se tisser à travers la toile; cela m’encourage à trouver d’autres idées afin de mieux vous satisfaire
      de votre côté,n’hésitez pas à me faire part de vos suggestions
      encore merci
      jean marie rodon

  6. Message de Marie-Christine :

    très bien au contraire. Je suis d’accord avec vous. quand on voit comment Gaumont a merdé dans le 15è arrondissement, et qu’UGC a tout repris… bref,ils n’aiment pas le cinéma !

    Je reste fidèle à votre éthique. Le système de carte avec 10 entrées est très bien.

    Le pass fait que tout le monde va voir plein de films, alors qu’au départ il devrait y avoir un vrai choix et non une surconsommation !

    bonne chance, j’aime votre programmation. Continuez !

    Marie-Christine

    • Réponse de Jean-Marie Rodon :

      Bonjour, merci pour votre fidélité et bravo pour votre perspicacité que je ne peux qu’approuver. Mais je me dois de penser également aux adeptes de la carte illimitée qui peuvent se considérer comme exclus vis à vis des salles qui ne l’acceptent pas; j’avais besoin de leur expliquer les raisons de ma décision, mais surtout de leur dire qu’il y avait une solution, à condition que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités.
      bien cordialement
      jean marie rodon

  7. Anne dit :

    Je suis une jeune étudiante en audiovisuel et je fréquente avec assiduité les petits cinémas parisiens, j’envisageais de me faire offrir la carte illimité UGC pour mon anniversaire mais je vais y réfléchir à deux fois dorénavant, il est vrai que les recettes générées pas les cartes illimitées doivent être immenses et une partie de ces recettes devrait normalement financer la création et la restauration et non la promotion. C’est quand même dingue, je fréquente les grandes et petites salles et je peux vous assurer que les salles combles sont les plus souvent celles des indépendants, elles devraient voir la couleur de cet argent. Mais pour les petites bourses comme les notres, la carte UGC nous permet de découvrir d’autres cinémas auxquels nous n’irions pas normalement dûs à des tarifs trop élevés, les cinémas action ont eu l’intelligence d’adapter leurs tarifs aux différents budgets ce qui me porte à croire que c’est aux petites salles de s’adapter et de se rendre plus accessibles si elles ne veulent pas dépendre des grosses sucursales, j’approuve donc votre décision même si elle paraît bien dérisoire par rapport aux géants de la profession.
    Carte illimitée ou pas, je continuerais à fréquenter vos salles et à vous envoyer mes encouragements.

    Anne

    • Bonjour, à nouveau, quel message réconfortant; mais surtout merci pour la qualité de votre réflexion, comme pour la plupart des messages précédents.
      D’abord je ne veux surtout pas pénaliser ni culpabiliser les détenteurs de cartes illimités, c’est pourquoi j’ai estimé nécessaire de faire connaitre ma position et les raisons qui la justifient.
      Il est évident que ce systéme de cartes génére des bénéfices pour celui qui le contrôle – sinon il aurait été abandonné depuis longtemps; de plus il lui procure une énorme trésorerie comme un internaute en a fait le calcul. Il est donc tout à fait anormal que ces profits ne soient pas réutilisés pour la création, comme vous le suggérez ou, pourquoi pas, pour une redistribution afin d’offrir aux plus démunis un accès aux salles encore plus abordable. Or seul un établissement financier public peut « ignorer » cette logique de toujours plus de profits qui régit désormais toute activité et à laquelle le secteur culturel ne devrait pas être soumis.
      Une solution à cette problématique me parait importante pour l’avenir de notre société si l’on estime que le 7éme art est certes d’abord un divertissement mais également l’opportunité d’éveiller chez les spectateurs le sens esthétique, le goût de l’imaginaire, et plus largement l’éveil des consciences et un certain rapport au monde.
      je m’arrête là, car mon discours va ressembler à celui des hommes politiques et ce n’est pas mon truc; je veux simplement que les spectateurs aient toujours le plus grand choix possible et puissent voir librement les films qu’ils ont envie de voir.
      bien cordialement
      jean marie rodon

  8. Bonjour MM. les responsables de l’ Action CHRISTINE :

    Même si nous sommes de moins en moins souvent à Paris, nous adorons votre salle , à laquelle nous sommes fidèles depuis des années
    ( les caissières nous connaissent bien d’ ailleurs …) ;

    Alors nous pensons que votre décision sera la bonne …

    Ah au fait tant qu’on y est : CONTINUEZ D’ ACCEPTER LES TARIFS REDUITS LES VENDREDIS SOIRS ET LES WEEK-ENDS , pour nous c’ est CAPITAL et c’ est bien ce qui fait la différence , outre votre superbe programmation !!!!!!!!

    Réponse de Jean Marie Rodon :

    Très touché par votre message que je reçois à l’instant; c’est grâce à de telles manifestations de sympathie que je trouve les ressources pour continuer mais aussi pour affronter le laxisme des pouvoirs publics, et de l’institutionnel en général.
    Tout ce beau monde se vante de soutenir le secteur indépendant, car c’est l’avenir de celui ci que je défend, mais lorsque les intérêts de la concentration sont en cause, il n’y plus personne pour nous défendre.

    Encore merci de votre témoignage.
    bien cordialement

  9. Valch Gadol dit :

    Quantité ne rime pas toujours avec qualité ! Si les cinémas Action ne peuvent pas rivaliser avec les grands multiplexes question quantité, il en va tout autrement en terme de qualité de programmation !

    Si une carte illimitée « cinémas indépendants » ou « Arts et essais » était proposée, je me laisserait surement tenter, mais en attendant, la seule carte que je possède est la carte Action (10 entrées valable 1 an, ça reste très intéressant !).

    Pas question d’acheter une carte qui n’est qu’un produit d’appel pour vendre des pop-corns et passer de la pub pendant 20 minutes !

    • Bonsoir, et merci pour vos encouragements
      malheureusement, il n’a jamais été possible de créer une carte « indépendant », les pouvoirs publics n’ayant rien fait pour l’encourager et aujourd’hui, il est de toutes façons trop tard; par contre, les deux cartes existantes, dans la mesure où elles sont utilisées chez des Indépendants, sont devenues une vraie pratique culturelle; de ce fait elles devraient désormais être gérées par un établissement financier public et non par des groupes privés qui ont par ailleurs une position dominante sur le marché. Ainsi les profits générés par ce système pourraient être mutualisés, voire redistribués au bénéfice de la création cinématographique.
      encore félicitations pour votre démarche actuelle
      jean marie rodon

  10. Message de Danielle & Jean François :

    Bonjour

    La carte illimitée est une bénédiction des Dieux avec ma femme nous « faisons » environ 500 films par an nous allons de temps en temps dans votre cinéma vu la qualité de votre programmation et de l’accueil.
    D’autres cinemas prennent la carte et c’est tant mieux pour les petits budgets que sont les notres et pour la plupart de vos clients.
    Votre position semble vertueuse mais bien trop ideologique à priori.
    L’espace st michel prend la carte et visiblement n’a pas perdu l’indépendance de sa programmation aux couleurs d’engagement et de politique (sens global).

    à débattre autour d’un demi
    Portez vous bien

    Danielle & Jean François

    Réponse de Jean Marie Rodon :

    Merci pour votre message.
    Aujourd’hui ce n’est pas le principe de la carte illimitée que je mets en cause mais le fait qu’elle soit gérée par un organisme privé alors que les profits réalisés et surtout la trésorerie encaissée chaque mois se fasse dorénavant en partie grâce aux Indépendants sans qu’ils en bénéficient; une pratique culturelle, tel que ce système, devrait être gérée par un établissement financier public.
    bien sur que le St Michel , comme beaucoup d’autres, reste indépendant mais la carte actuelle ne résoud pas ses problèmes, loin de là ; nous Indépendants perdons peu à peu notre image face à la concentration. Il suffit de se rappeler les problèmes connus par le Balzac. Faute de pouvoir disposer d’un système propre aux indépendants, de toute façon c’est aujourd’hui trop tard, essayons d’obtenir un système qui appartiennent à tous et non à un groupe privé.
    Dommage que la culture n’intéresse pas nos politiques.
    Continuons le débat !
    cordialement

  11. Message de Lesly :

    je m’empresse de me confier ici et en tant qu’une fervente de l’Action Christine depuis plusiuers décades,contrairement à certains de vos propos je ne pense pas que vos confrères fidéles au cinéma indépendant et d’art et d’assai sont soumis au profit d’un circuit,, comme au Denfert, à la Filmotheque, au Balzac, au Reflet Médicis, à l’Espace St Michel,etc, les hard »cinéphiles auxquels j’appartiens ne peuvent qu’admirer la dévotion de leurs directeurs,je regrette oui bien des fois de ne pouvoir d’un seul élan profiter des merveilles que vous proposez et de revenir re-voir le même titre sans hésiter.
    Je reste admirative devant votre programation qui garde en éveil bien des passions et nourit les nouveaux jeunes affamés

    Lesly

    Réponse de Jean Marie Rodon :

    Merci pour vos encouragements.

    Une petite précision: je n’ai jamais critiqué mes confrères, j’ai simplement voulu expliquer ma position car certaines rumeurs propagées laissaient entendre que c’était par crainte de réaliser moins de profits que je refusais d’adhérer au système. Par contre ce que je trouve inadmissible désormais c’est que les profits générés par l’émetteur de la carte et surtout la trésorerie encaissée chaque mois se font en partie grâce aux Indépendants et que ce système, véritable pratique culturelle, devrait être géré par un établissement financier public.

  12. Moi je ne regrette pas, je fais bloc !!!! non aux cartes illimitées !!!!! bravo à vous !!!

    Marie

  13. Cher Monsieur Rodon,

    Je suis en plein accord avec cette démarche, je n’ai pas de carte illimitée et je parviens tout de même à aller au cinéma sans me ruiner grâce au tarifs étudiants. D’ailleurs il me semble que les prix sont très raisonnables dans les cinémas d’essai à Paris (je viens de province), vous offrez aussi des coupons durant les festivals… J’aime aussi beaucoup votre programmation, même si j’aimerais pouvoir voir plus de vieux films non français ou américains (italiens, indiens, égyptiens…) La seule critique que je pourrais vous faire serait de vous demander d’indiquer sur vos programmes quelques détails sur la qualité des copies, qui laisse parfois à désirer! Je comprends que ces copies en circulation ne sont pas souvent restaurées, mais il m’est arrivé de penser que la qualité de l’image rendait la vision désagréable ou pour le moins un peu frustrante.

    Cordialement,

    Anna

    Réponse de Jean Marie Rodon :

    merci pour votre soutien et bien noté vos remarques
    ce qui est désormais inadmissible c’est qu’UGC renforce ainsi sa position de monopole tout en réalisant des profits et une énorme trésorerie grâce en partie aux Indépendants.
    du fait de sa pratique devenue culturelle, les pouvoirs publics devraient assurer la gestion de ces cartes à travers un établissement financier public.
    cordialement

  14. N’hésitez pas à vous exprimer ici, donner votre avis, nous vous répondrons.
    Merci.

Donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :